Eglise AGAPE
Pubd
Accueil  |  Pensée de la semaine
La puissance de Christ : accepter la pensée de souffrir en vue de la gloire

251 vus

«  Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché » (1 Pierre 4 :1) 

 

La bible dit que celui qui en a fini avec la chair en a fini avec le péché. Qu’est ce que la « chair » ?

Le fruit qu’Eve a mangé dans le jardin d’Eden et qu’elle a donné à son mari est la chair. Le diable convainc Eve de consommer ce fruit qui ouvrira son intelligence et elle sera comme Dieu, connaissant le bien et le mal.  Eve, convaincue, a vu que ce fruit était bon à manger et agréable à la vue et précieux pour ouvrir l’intelligence (Genèse 3 : 5-6). Eve a donc cru aux arguments donnés par le diable. Et pour convaincre à son tour son mari, elle a utilisé les mêmes arguments faisant fi de ce que Dieu avait dit. Cette argumentation est fondé sur son choix, son intelligence, ses émotions, sans tenir compte de l’avis de Dieu. Décider sur la base de ses choix, de son intelligence, de ses émotions, c’est ce que la bible appelle la chair. Le meilleur allié du diable ou de l’enfer dans la vie des enfants de Dieu : c’est la chair. C’est elle qui donne des renseignements au sujet d’un enfant de Dieu au diable. Tant que cet espion est dans son camp, il perdra tous les combats qu’il mènera contre le péché.

Or l’apôtre Pierre nous enseigne une voie pour en finir avec le péché. Il écrit dans 1 Pierre 4 :1 :  «  Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché ». En réalité, un Homme se définit par ce qu’il est au fond de lui-même, par sa nature, par ses valeurs, par ce qui compte dans sa vie. Et c’est lors des épreuves que toutes ces choses transparaissent. Il en est de même pour les chrétiens. Il y a ce que l’on dit être et ce que l’on est vraiment. L’épreuve amène à la lumière la nature, les valeurs, les croyances réelles cachées. Devenir chrétien s’est se convertir aux sentiments qui étaient en Jésus-Christ (Philippiens 2 :5). Il n’y a aucune souffrance à jouer le rôle de chrétien, mais ce qui fait réellement souffrir, c’est la transformation intérieure c’est-à-dire la transformation des pensées, de la nature et des valeurs qu’implique la conversion. Par exemple, si on est fort car musclé et qu’on est habitué à frapper ceux qui nous dérangent, nous convenons bien, qu’il est plus douloureux de ne pas frapper celui qui nous insulte que de le frapper, car cela est contraire à notre nature. Devenir faible quand on est fort est une vraie souffrance.

Jésus « a été crucifié à cause de sa faiblesse, mais il vit par la puissance de Dieu; nous aussi, nous sommes faibles en lui, mais nous vivrons avec lui par la puissance de Dieu pour agir envers vous »   (2 Corinthiens 13 :4). La faiblesse de Jésus a été de décider: de ne pas utiliser son égalité avec Dieu, de se dépouiller lui-même de sa gloire ; de s’humilier lui-même en se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix (Philippiens 2 : 6-11). Il a accepté de mourir, de donner sa vie sans contrainte. Il dit : « Personne ne me l'ôte, mais je la donne de moi-même; j'ai le pouvoir de la donner, et j'ai le pouvoir de la reprendre: tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père. » (Jean 10 :18)

L’apôtre Paul, qui a expérimenté la faiblesse en Jésus-Christ, dit : « quand je suis faible, c'est alors que je suis fort. » (2 Corinthiens 12 :10) et « Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. » (2 Corinthiens 12 : 9). Le Saint-Esprit est la puissance de Christ. Lorsque le chrétien décide de lui-même d’être faible, il permet alors au Saint-Esprit de se déployer et de vaincre la chair « car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez » (Galates 5 :17).

Dès qu’on a choisi de suivre Jésus, la lutte chair/Esprit commence. Il faut alors trancher et prendre la décision de ne pas faire ce que la chair veut, mais plutôt de s’armer des mêmes pensées que Christ, pour en finir avec le péché et appartenir au corps de Christ. La souffrance, engendrée par l’appartenance à Christ, est le prix à payer pour permettre au Saint-Esprit de se mouvoir dans la vie d’un chrétien.


Auteur : Jean EYENE BEKALE

Mots Clés : gloire
251 vus
 
 
PENSÉE DE LA SEMAINE
La puissance de Christ : accepter la pensée de souffrir en vue de la gloire - Jean EYENE BEKALE
 
FORUM
Dieu et l'homme - (0 avis)
LES ALBUMS DU CHANTS D'AMOUR POUR LE ROI DES ROIS
Centre Culturel pour l'Evangélisation ( C.C.E. )
Nous n'avons pour l'instant aucun évènement à venir...

   
   
 
Nos Paroisses & Cellules
Chants d'amour pour le Roi des rois
Centre culturel pour évangile
     
#
© copyright 2010-2019 Eglise AGAPE Gabon | Culte du dimanche : 1er Culte : 8H00 / 2e Culte : 10h45 | J'ai besoin d'aide : +241 07 67 46 89